link

boryana petkova verre glass link art
contemporary art glass performance Boryana Petkova

Sur un mur une pièce en verre, avec une longeur de 220cm est tendue à l’horizontale. Ligne de temps ponctuée aux extrémités par une courbe qui s’enroule comme le signe de l’infini.
Le verre s’enroule comme le temps se déroule.

De chaque côté de cette ligne, deux écrans en parfaite symétrie diffusent deux « mains-menottes », une sur chaque écran, que l’objet en verre relie.
Deux personnes filmées hors-champ dans un dialogue effréné. Ou alors, entre aide et haine, s’agit-il d’un combat.

Les deux mains en gros plan tentent de dessiner. Deux pensées en action tentent de communiquer. Deux mains, deux pensées parfois en synchronisation, parfois en arythmie, parfois ensemble, parfois contre, parfois contre leur gré.

Le trouble est grand dans ce mouvement de balancier, comment les deux personnes cherchent à se coordonner, à éviter la rupture, ou alors, à la provoquer.

Le verre, là, vibre dans la crainte de sa brisure, sous les coups de crayons et les énergies convergentes et opposées des deux acteurs.

Ce trouble du mouvement pendulaire des deux corps nous donnent à voir deux interprétations d’une même intention. Les forces s’opposent, les forces s’entraînent. Les forces s’annulent, les forces se décuplent.

Dans cette installation des corps et du temps, se joue symboliquement, physiquement, matériellement, l’importance de la transmission.
Résister, se soumettre.
Imposer, abdiquer.

S’attirer, se rejeter. Céder, suc-céder.